LOADING

Type to search

Canada : une infection bactérienne pèse sur l’avenir d’une fillette attaquée violemment par une otarie

6 mois ago
Share

Cette vidéo, que nous partageons avec vous, a déjà fait le buzz à travers le monde entier. Le 21 mai 2017, à Richmond (cité proche de Vancouver, au sein de la Colombie-Britannique, longeant le Pacifique Nord, au Canada), une fillette a essuyé une grosse frayeur contagieuse pour sa famille mais également pour les nombreux témoins présents lors d’un accident étant inédit. Elle a été victime d’une attaque surprise de la part d’une otarie évoluant en milieu naturel. Bien qu’ayant été sauvée, in extremis, par son grand-père, elle est sous la menace d’une bactérie résistante à la plupart des antibiotiques, de par sa composition, pouvant hélas entraîner la mort.

Otarie

Une blessure, d’apparence superficielle, occasionnée par l’otarie à la fillette, peut cacher une bactérie mortelle : la Mycoplasma contre laquelle il est vraiment dur de lutter

Selon NBC News, l’enfant est actuellement sous surveillance médicale et est dans l’obligation de suivre, depuis les assauts inopportuns de l’otarie, un traitement spécifique et ce pour deux menaces : elle a été soumise à l’épreuve de morsures, que les experts du Vancouver Aquarium jugent potentiellement mortelles, d’une part en raison d’un nombre conséquent de bactéries présentes dans la bouche de l’otarie et d’autre part à cause de la présence de la Mycoplasma, une bactérie pouvant « causer une inflammation dangereuse. Elle peut entraîner l’amputation d’un membre ou, pire encore, la mort de la victime » selon la porte-parole du Vancouver Aquarium La famille, informée par voie télévisuelle, les a vite contactés.

L’irresponsabilité de la famille mise en cause : cette dernière se défend avec des arguments honorables mais le moindre animal sauvage doit susciter une surveillance parentale accrue

Le cercle restreint de la famille de l’enfant a été rapidement et âprement critiqué pour son irresponsabilité totale. Il a argumenté, à la fois pour sa défense et à la fois pour son image, que la fillette ne nourrissait pas le moins du monde l’animal, au moment précis de l’offensive de l’otarie qui a attrapé la petite par sa robe. La proximité familière avec un animal sauvage est formellement déconseillée en tous les cas. Ce seraient aussi d’autres personnes qui prenaient des photos ou enregistraient des vidéos à ce moment précis qui ont pu amplifier la volonté de l’otarie d’emporter la fillette sous les eaux et loin du bord du ponton. Le papa de la fillette se veut apaisant en saluant le courage du grand-père qui a plongé de suite.

Otarie, Pixabay

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *