Accueil / Politique / Amiens : Gilles de Robien, culpabilité approuvée par le tribunal

Amiens : Gilles de Robien, culpabilité approuvée par le tribunal

À Amiens, Gilles de Robien a été reconnu coupable d’homicides involontaires. L’ancien maire comparaissait après le décès d’un homme.

Gilles de Robien
Gilles de Robien

Gilles de Robien se retrouvait devant le tribunal correctionnel de la ville d’Amiens pour une affaire d’homicide dans laquelle la justice a prononcé sa culpabilité. Le dossier est assez ancien puisque la mort d’un jeune ouvrier date de plus d’une décennie et plus précisément de 13 ans. À l’époque, la victime se trouvait sur un chantier d’insertion et un morceau de mur s’était effondré. Âgé de 19 ans, l’homme avait perdu la vie sur le coup. Cet accident datant de février 2002 aurait été causé par l’effet du vent.

Le tribunal reconnait Gilles de Robien coupable

Gilles de Robien qui était le maire d’Amiens avait précisé qu’il n’avait pas l’impression d’avoir fauté dans cette affaire, mais il a tout de même reconnu qu’un dysfonctionnement était présent notamment au niveau de la mairie. À l’époque, un architecte avait précisé qu’il fallait expertiser les murs de cette Citadelle, mais il n’aurait pas donné de réponses. Certains internautes connaissent cet homme, car il a été le député de la Somme jusqu’en 2002, puis maire de cette ville de 1989 à 2002 et ministre de l’Équipement et des Transports de 2002 à 2005 alors qu’il avait intégré le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin. Lorsque Dominique de Villepin a pris ses fonctions, Gilles de Robien a été nommé ministre de l’Éducation nationale de 2005 à 2007.

Une amende de 10 000 euros pour l’ancien maire d’Amiens

Gilles de Robien a ensuite effectué un second mandat pour les municipalités d’Amiens de 2007 à 2008. L’homme politique a donc été condamné dans cette affaire à 10 000 euros d’amende et son avocat qui s’est confié brièvement au Figaro a précisé qu’il s’agissait d’une réelle surprise. L’ancien maire de la ville a décidé de faire appel de cette décision. Ce n’est pas la première fois qu’un procès est organisé pour cette affaire, car en juillet 2009, un cadre de la mairie avait été relaxé.

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Carte vitale

Remboursements : les Français ne jouissent pas d’une situation appréciable

Les contrats responsables dévoilés au début de l’année 2016 devaient normalement assurer aux employés un …

Réagissez !