Accueil / Politique / Drones et les survols : le gouvernement étudie des pistes insolites

Drones et les survols : le gouvernement étudie des pistes insolites

Les survols de drones se sont multipliés et le gouvernement a décidé de passer à l’attaque pour mettre un terme à cette prolifération.

Photo d'illustration d'un drone
Photo d’illustration d’un drone

Les survols de drones se sont produits à de nombreux endroits que ce soit à Paris ou au-dessus des centrales nucléaires. La capitale française a également été survolée près de 60 fois par ces petits engins technologiques qui peuvent semer la terreur. En effet, la France se trouve actuellement dans une situation complexe puisque le plan Vigipirate a été prolongé pour quelques mois. Depuis le mois de janvier et les attentats, le gouvernement a pris des mesures pour protéger les habitants.

Un canon à eau pour vaincre les drones

Les drones ont donc survolé plusieurs sites et le gouvernement ainsi que de nombreux habitants ont peur qu’ils s’agissent de repérages en vue d’un ou plusieurs attentats. Il faut noter que le gouvernement est sur sa défense, car des menaces ont été proférées notamment à l’encontre de plusieurs grands pôles commerciaux de Paris. Le gouvernement a donc décidé de passer à l’attaque et plusieurs pistes sont étudiées. Le SGDSN (Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité National) a proposé quelques idées assez insolites comme le canon à eau. En parallèle, il serait possible de brouiller le signal entre la télécommande et l’engin.

Lutter contre les drones avec un moyen d’identification

23 projets pour limiter les survols de drones ont été étudiés et des tests seront lancés d’ici cet été. Cette situation est prise très au sérieux par le gouvernement et notamment Bernard Cazeneuve qui est le ministre de l’Intérieur. Des mesures visant à avertir les utilisateurs au moment de l’achat sont à l’étude. D’autres propositions techniques pourraient voir le jour pour les prochains modèles qui pourraient par exemple être suivis à la trace ou équipés d’une sorte de plaque d’immatriculation. Le fonctionnement sera ainsi similaire à celui observé pour les voitures ou les motos puisque le propriétaire du drone serait facilement identifiable.

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Carte vitale

Remboursements : les Français ne jouissent pas d’une situation appréciable

Les contrats responsables dévoilés au début de l’année 2016 devaient normalement assurer aux employés un …

Un seul commentaire

  1. Une plaque d’immatriculation… trop dur à enlever ! Ils se croient chez les bisounours ces ministres.
    Quand à brouiller le signal entre la télécommande et l’appareil, pas de chance il n’y a PAS de télécommande, puisque le chemin peut être prédéfini et parcouru automatiquement.
    Quand à la possibilité d’acheminer et mettre en oeuvre un canon à eau en quelques minutes, c’est ridicule.
    A l’heure actuelle il n’y a aucun moyen crédible pour empêcher un petit drone automatique d’opérer. A la limite il faudrait équiper tous les policiers de canardières… Moi ça ne me dérangerais pas, mais imaginez le tollé si les flics se trimbalent un fusil de 2 mètres de long en permanence ! Sans parler qu’il faudrait leur apprendre à s’en servir, car avec leurs deux sessions et cinquante cartouches tirées par an ils sont plus un danger qu’autre chose une arme à la main. 50 cartouches par an… j’en tire le double chaque semaine et je ne suis qu’un minuscule débutant au club. Ça fait peur.

Réagissez !