Accueil / Politique / La population mondiale trop exposée à la pollution de l’air

La population mondiale trop exposée à la pollution de l’air

La pollution tue chaque année plus de sept millions de personnes à travers la planète. Les microparticules dangereuses sont partout autour de nous infestant notre air ambiant. Lorsque les seuils d’alerte ont été dépassés, des mesures de sécurité sont mises en place dans certains départements français. Selon un rapport publié ce mardi par l’Organisation mondiale de la Santé, plus de 92% de la population respirerait un air trop pollué. L’Asie du Sud-est, le Pacifique oriental, la Méditerranée sont les endroits les plus touchés.

Pollution

La pollution cause de nombreux dégâts écologiques

Le diesel peut avoir des impacts sur la santé tout particulièrement pour le foetus. D’ici 2040, plus de 4,5 millions de décès pourraient être directement liés à la pollution de l’air. Avec aucune mesure rapide et concrète du secteur de l’énergie, le nombre de décès pourrait encore augmenter essentiellement dans les endroits déjà les plus touchés. Les autorités sanitaires tirent la sonnette d’alarme en présentant un bilan catastrophique. Les chercheurs de l’université de Bath au Royaume-Uni ont établi un rapport en collectant des données sur plus de 3000 lieux à travers le monde, tout particulièrement les grandes agglomérations.

Les actions pour contrer la pollution doivent être prises rapidement

Les sources principales de pollution sont les transports inefficaces, les combustibles ménagers, la combustion des déchets solides, les activités industrielles, les centrales électriques alimentées au charbon. Le rapport montre que la pollution peut avoir des conséquences très néfastes sur la santé des plus fragiles, notamment les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées. Le médecin auteur de ce rapport a souligné que respirer un air sain tout au long de sa vie était primordiale pour se garder en bonne santé.

Des solutions existent, peuvent-elles encore inverser la tendance ?

Dans ce rapport, certaines mesures sont mises en avant comme une meilleure gestion des déchets solides, favoriser les énergies renouvelables, réduire les émissions industrielles, utiliser des moyens de chauffage plus propres. La décision finale en revient aux décideurs politiques, chacun d’entre nous peut participer à son niveau à un meilleur air ambiant, mais à une échelle moindre, les états membres devront prendre des décisions pour que nos enfants respirent l’air qu’ils méritent de bien meilleure qualité que le nôtre.

Pollution, Pixabay – Hans

A propos Vanessa Godet

Une auteure spécialisée dans le domaine sportif, la minceur ainsi que la sexualité. Elle partagera ses trucs et astuces pour optimiser le quotidien.

Essayez à nouveau

Carte vitale

Remboursements : les Français ne jouissent pas d’une situation appréciable

Les contrats responsables dévoilés au début de l’année 2016 devaient normalement assurer aux employés un …

Réagissez !