Politique

Villacoublay : les 4 anciens otages français racontent leur calvaire

20 avril 2014

author:

Villacoublay : les 4 anciens otages français racontent leur calvaire

À Villacoublay, les 4 anciens otages ont eu l’opportunité de retrouver la liberté. Ils ont également fait part de leur calvaire qui a duré près de 10 mois.

[media-credit name= »Capture YouTube  » align= »alignnone » width= »450″]Les anciens otages[/media-credit]Dans la nuit de samedi à dimanche, les 4 anciens otages français ont été dévoilés à travers une photo où ils apparaissaient sans leur barbe. Quelques informations ont également été transmises concernant la détention, nous apprenons ainsi que Nicolas Hénin a tenté de prendre la fuite trois jours après avoir été enlevé, il a donc « passé une nuit en liberté à courir dans la campagne syrienne avant de me faire rattraper par mes ravisseurs ». Après ces déclarations relayées par France 4, l’Élysée a annoncé que les deux journalistes et les deux photographes se trouvaient dans l’Eure à Évreux où ils ont fait une pause avant de s’envoler pour Villacoublay.

Des conditions difficiles pour les anciens otages

Aux alentours de 9 heures, ils sont descendus de l’hélicoptère puis ils ont été accueillis par leur famille et le Président de la République. C’est à cet instant que les anciens otages ont pris la parole pour donner quelques informations concernant leur captivité. Didier François a précisé que la détention avait été longue, mais ils n’ont « jamais douté » d’obtenir cette libération. « De temps en temps on avait des bribes, on savait que tout le monde était mobilisé […] on a vraiment cette chance d’être Français » explique-t-il en sanglot.

Pas de rançon, mais des négociations

Sur Europe 1, le reporter Didier François a précisé qu’ils étaient « restés dix mois complets dans des sous-sols sans voir le jour ». Les 4 anciens otages étaient également « enchaînés les uns aux autres » et les conditions étaient très « rudes ». Sur Europe 1, il déclare que les combats étaient parfois proches et « il est arrivé qu’on soit déplacés très rapidement dans des conditions un peu abracadabrantes ». Cette situation engendrait donc du stress et beaucoup de tension, mais ils se sont rattachés « à ceux qu’on aime, au fait qu’on sait qu’on fait notre métier et qu’il faut le faire ». Après la libération, beaucoup de personnes se demandent si une rançon a été versée, mais François Hollande insiste sur le fait que « L’État ne paie pas de rançon […] Tout est fait par des négociations, des discussions. Je ne veux pas être plus précis, car nous avons encore deux otages ».

Les déclarations de Didier François

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *